« Il ne suffira pas d’être « inventif » pour améliorer l’école

« Il ne suffira pas d’être « inventif » pour améliorer l’école

2018-08-31T13:06:11+00:0010 août 2018|Catégories : ACTUALITÉS, MÉTIER|

Le Monde a sollicité le SNPI-FSU pour réagir aux annonces ministérielles de l’été. L’occasion d’une tribune où nous affirmons une fois de plus que les besoins de formation des enseignants ne pourront se satisfaire de quelques annonces mais nécessitent un véritable investissement qui pour l’instant fait largement défaut dans les perspectives annoncées par le ministre.


 

Le secrétaire général du Syndicat national des inspecteurs, SNPI-FSU, estime, dans une « tribune » au Monde, que les projets de transformation du service public de l’éducation annoncés le 2 mai par le gouvernement relèvent surtout d’une stratégie communicationnelle.

 

Le discours gouvernemental qui, au cœur de l’été, annonce des transformations profondes pour l’Éducation nationale assure être guidé par la volonté de mieux consacrer les moyens du système éducatif à la réussite de tous les élèves. Mais quelle est la capacité d’une politique à nourrir une telle ambition dans le cadre d’une doxa budgétaire qui exclut que les nouveaux investissements nécessaires pour atteindre cette finalité soient envisagés ?

Commençons par un exemple simple. La quasi-totalité des acteurs admet que la modalité d’alternance qui régit la formation initiale des enseignants ne convient pas, parce que le temps pendant lequel ils se voient confier la responsabilité d’une classe est trop important pour être compatible avec les exigences de leur formation. C’est d’autant plus vrai que les ressources d’accompagnement de ces enseignants stagiaires sont réduites. C’est une nécessité contrainte par l’insuffisance des moyens d’enseignement qui a conduit à ce que ces stagiaires fassent classe à mi-temps.

Il est donc légitime de se demander s’il sera possible d’améliorer la formation initiale sans créer des postes de professeurs qui permettraient de réduire le temps en classe des stagiaires ? A défaut de quoi, on devra se contenter de réorganisations superficielles sans incidences réelles sur le développement des compétences professionnelles des enseignants débutants.

Rémunération selon le mérite

On pourrait prendre d’autres exemples, notamment sur la formation continue dont les gestionnaires savent que son insuffisance actuelle est due au manque de moyens qui permettent son organisation. Le discours qui voudrait faire croire qu’il suffirait d’être inventif, de sortir des sentiers battus, de renoncer à des habitudes installées n’a que la vertu d’une stratégie communicationnelle. Elle sous-entend que le problème de la fonction publique serait d’être enfermée dans son pré carré et de refuser toute évolution mais les organisateurs de la formation continue ne cessent pourtant depuis des années d’inventer des modalités organisationnelles nouvelles pour tenter de compenser au mieux la baisse continue des moyens. Ils sont arrivés à un stade où les transformations opérées relèvent de l’acrobatie et sont désormais incapables d’une réponse à la hauteur des besoins réels.

Dans un tel contexte qui pourrait croire que la transformation de la politique de ressources humaines annoncée sera capable de répondre aux enjeux d’égalité et de démocratisation visés ?  Comment croire que le déficit d’attractivité des métiers d’enseignement qui conduit aujourd’hui à ne plus disposer d’un nombre suffisant de candidats aux concours de professeurs serait résolu par une stratégie de prérecrutements qui a déjà été utilisée et s’est avérée être un échec ?  Tant que notre pays restera parmi ceux qui rémunèrent le plus faiblement ses enseignants, sera-t-il possible de lutter contre une désaffection du métier ? Les heures supplémentaires avaient déjà été utilisées pendant la mandature de Nicolas Sarkozy et elles n’avaient aucunement permis d’infléchir positivement la courbe d’un déficit croissant de l’attirance pour les métiers de l’enseignement.

Quant à l’amélioration qualitative de l’action professionnelle des enseignants par une rémunération qui varierait selon leur mérite, les études faites sur le sujet sont loin de nous garantir qu’elle porte toutes les vertus qu’on veut lui donner. Tout d’abord parce qu’une telle prise en compte du mérite conduit l’action professionnelle à produire des réussites superficielles essentiellement centrées sur la volonté de satisfaire les indicateurs mais incapables de répondre aux enjeux fondamentaux d’une éducation émancipatrice et d’une réelle égalité de réussite.

Ensuite parce qu’installant des concurrences entre les agents, elles se développent au mépris des dynamiques de l’action collective.

Enfin parce que l’impossibilité d’identifier la part précise de chaque enseignant dans les résultats des élèves conduit à fonder l’évaluation davantage sur des attitudes de conformité à la demande qui sont loin d’être, par nature, porteuses d’une amélioration réelle de la réussite scolaire des élèves. Les évaluations des élèves prévues en CP, CE1, 6èmeet 2de seront-elles capables de faire la preuve de leur objectivité pour rompre avec l’expérience de l’évaluation CP 2017. Celle-ci était davantage apparue aux enseignants comme l’instrument de prescription pédagogique du ministre que comme un outil au service de l’organisation de ses enseignements ?

L’expression de la volonté d’une nouvelle culture de l’évaluation nécessitant la création d’une instance interroge sur ses enjeux réels : le CNESCO n’est-il pas déjà, aujourd’hui, une instance permettant une évaluation transparente et publique ?

Une administration plus distante

Le développement des postes à profil est loin d’avoir fait la preuve de ses effets positifs, notamment dans l’éducation prioritaire. Aucune étude n’a été faite dans les départements qui l’ont expérimenté de nature à nous assurer que ce sont ses effets réels qui conduisent à vouloir le généraliser plutôt que des a priori managériaux. Il est prétexté une finalité centrée sur les élèves pour renforcer les pouvoirs hiérarchiques et instiller des modalités d’affectation de personnels qui s’éloignent des principes d’équité dans la fonction publique.

C’est avec tout aussi peu d’éléments objectifs que va être mise en œuvre une organisation territoriale de l’Éducation nationale fondée sur les nouvelles régions. L’expérience déjà réalisée en Normandie est loin de convaincre d’un progrès qualitatif pour le fonctionnement des services. Les effets présumés de simplification, de responsabilisation, d’équilibre territorial sont aujourd’hui des éléments de discours. On peut douter qu’ils adviendront du seul fait de la nouvelle organisation académique. Il n’est pas illégitime au contraire de craindre qu’elle produise une administration plus distante et moins consciente de la réalité concrète de l’action éducative.

Rien, dans ces perspectives, ne peut donc nous conduire à une politique vraiment capable de « changer la vie des enseignants » et d’assurer la réussite de tous les élèves.

Avant de concrétiser ces projets, le gouvernement cherchera-t-il à entendre et comprendre un tel discours syndical ou jouera-t-il un simulacre de dialogue social ?